Skip navigation

Un souffle jailli du sein de l’amoureux suffirait à incendier le monde,
A disperser l’univers insignifiant, tel des grains de poussière.
Le Cosmos tout entier deviendrait un océan.

Mawlânâ Djalâl, Od-Dîn Rûmi
Odes mystiques